Agriculture : résistances et alternatives

Une heureuse surprise de retrouver mon ancienne AMAP, les Patates 12 à Paris, dans ce receuil de la FNAB sur « les circuits de proximité à dimension sociale en Agriculture Biologique« . Il faut dire qu’il y a de quoi puisque les Patates 12 est une des rares AMAP, si ce n’est la seule, à pratiquer le « prix solidaire » du panier, en fonction des ressources de chacune. Je me souviens de belles et longues assemblées générales de discussion à ce sujet, pour en comprendre le principe de base mais aussi les modalités d’application, et surtout pour assurer le transfert de connaissances et maintenir le système en place à chaque rentrée, avec toutes les nouvelles personnes. Comme indiqué dans le recueil, le principe est le suivant : pour chaque panier, le même prix est versé au producteur, Loïc, soit 15 euros, mais l’adhérent paie lui entre 8 et 19 euros en fonction de son revenu annuel disponible (RAD). Une excellente façon de lutter contre l’image de la bio réservée aux privilégiées!

Bonne conférence-débat également cet après-midi aux rencontres de l’écologie sur une des grandes difficultés pour s’installer dans le milieu agricole : l’accès au foncier. Avec notamment bien sûr le témoignage de Terre de Liens, dont a été mentionné l’historique, d’une initiative locale dans le Crestois au déploiement national dans de nombreuses régions, tout cela en quelques années seulement! Et Terre de Liens fait même désormais des petits, le principe semblant être repris pour l’accès à l’habitat collectif comme pour Habiterre à Die.

Alternatives mais aussi résistances locales, avec le soutien aux deux paysans de la Confédération Paysanne inculpés hier au tribunal de Valence pour « harcèlement » d’une agente inspectrice de l’Etat lors d’un contrôle l’an dernier. Un « harcèlement » dû à la présence d’une trentaine de membres de la Conf’ qui étaient venus soutenir leur collègue confronté aux nouvelles normes sanitaires toujours plus drastiques imposées par l’Etat, aussi bien aux exploitations industrielles géantes qu’à celles à taille humaine. « Des normes inadaptées au monde paysan » comme le reprend en titre un article du Dauphiné Libéré. Un excellent exemple de l’absurdité et de l’emballement de la méga-machine, qui promeut l’agriculture industrielle intensive destructrice par les subventions (PAC et compagnie) tout en mettant en place une armada de normes pour faire face aux immanquables problèmes provoqués par ce mode de production (maladies et compagnie). Le jugement a été mis en délibéré au 21 février prochain mais on peut soutenir les inculpés en signant la pétition de soutien, en achetant leurs produits sur les marchés où est présente la Conf’, ou en faisant un don financier.

Pour finir, une petite mention du dernier rapport des Amis de la Terre Europe qui révèle que les banques européennes nourrissent la volatilité des prix alimentaires et la faim dans le monde, en spéculant sur les matières premières agricoles et en finançant l’accaparement des terres dans les pays du Sud. Où l’on retrouve, encore une fois, comme pour  le nucléaire, comme pour le charbon et comme pour le reste : BNP Paribas, Société Générale et le Crédit Agricole!

Publicités

A propos Yann Louvel

Citoyen du monde
Cet article a été publié dans Agriculture, Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s