Journée nationale d’action contre le nucléaire : tout le monde retient son souffe!

C’était aujourd’hui la journée nationale d’action contre le nucléaire à travers la France qui a rassemblé plusieurs milliers de personnes. N’ayant pas eu envie de me déplacer jusqu’à Lyon pour manifester, j’ai préféré distribuer des tracts sur le marché de Crest pour faire la promotion d’Enercoop, la seule alternative réelle à EDF qui carbure aux énergies renouvelables. D’autant plus que nous faisons partie des 4 régions françaises où se sont créées une antenne régionale avec Enercoop Rhône-Alpes, qui permet de rapprocher les consommateurs d’électricité des petits producteurs d’énergie renouvelable locaux! Enercoop, le seul moyen d’arrêter d’engraisser EDF et ses centrales nucléaires, dont on paiera quand même les coûts astronomiques de démantèlement et de gestion des déchets radioactifs…

Pas mal de réactions à ma distribution : des étrangers très heureux de voir qu’il existait des anti-nucléaire en France, pas mal de personnes qui ont déjà ô surprise des installations de production d’énergies renouvelables chez elles (panneaux solaires, éoliennes) dont plusieurs sont totalement autonomes et même par raccordées au réseau EDF, remarquable! A l’inverse, je n’ai pas échappé aux poncifs habituels bien ancrés dans la tête de certaines personnes, sur le fait qu’on ne pourrait pas se passer du nucléaire ou sur son coût moins élevé. Des arguments faciles à contrer quand on connaît un peu le sujet mais qui témoignent de l’importance des grands médias quand ils continuent encore aujourd’hui à colporter ces clichés mensongers. Le débat à venir sur la transition énergétique sera à cet égard un test grandeur nature pour voir si ces derniers ont évolué…

Mais sur le fond ce fût une action d’utilité publique puisque pratiquement PERSONNE ne connaît Enercoop. J’ai ainsi pu confirmer sur le terrain le bilan de la libéralisation de l’énergie réalisé il y a quelques mois par Jean-Michel Bezat dans le Monde, qui reprenait un sondage IPSOS révélant que seuls 42% des français savent qu’ils peuvent quitter EDF! C’est bien le cas avec des réactions du type : « ah bon, on a le droit? ».  Puis quand la discussion s’engage, les mêmes questions sur la spécificité et le prix de l’électricité d’Enercoop,  ou encore les questions pratiques. Mais dans l’ensemble un bon accueil et l’envie d’en savoir plus pour la majorité des gens. Ce qui démontre donc le manque d’informations dans ce domaine, malgré l’exposition médiatique récente d’Enercoop suite à Fukushima, qui a notamment fait l’objet d’un reportage au 20H de TF1 le mois dernier, mais tout cela reste donc nettement insuffisant…

En attendant d’entrer enfin dans cette transition énergétique, il ne reste plus qu’à retenir son souffle et à mal digérer la décision déjà prise de ne fermer que Fessenheim d’ici la fin du quinquennat alors que plusieurs dizaines de réacteurs auront atteint leur durée de vie initialement prévue de 30 ans, et que tous les ingrédients n’ont jamais été autant réunis pour un accident nucléaire majeur sur notre territoire (vieillissement, sous-traitance, changements climatiques, terrorisme). On retient surtout notre souffle au pied des centrales, comme ici, surtout quand on voit l’incompétence totale des autorités à prévoir le pire, même après Fukushima, et qu’on constate chaque jour un peu plus les défaillances de sûreté de nos centrales. Les « incidents » nucléaires de niveau 0, 1 et 2 sont quasi quotidiens sur les centrales françaises (j’en reçois presque toutes les semaines pour la centrale du Tricastin!), mais ils font rarement la une dans les médias… jusqu’au jour où!

Mais nous ne devons pas être les seuls à retenir notre souffle quand on voit le type d’exercice militaire grandeur nature réalisé à Valence le mois dernier, qui serait plutôt destiné à préparer le pire pour évacuer des personnalités en cas d’accident nucléaire majeur ici plutôt que pour des « opérations extérieures » là-bas m’a-t-on dit… Hypothèse hautement probable car les Français ont le sang chaud et quelque chose me dit qu’en cas d’accident majeur, ils n’iront pas sagement manifester devant Bercy comme l’ont fait les Japonais! Tous les éléments du scandale historique du nucléaire dans notre pays sont en effet majoritairement connus mais de façon éparse et par une infime minorité de la population. La médiatisation intense et leur projection sur le devant de la scène qui résulteraient d’un accident majeur risqueraient bien de provoquer d’importantes réactions dans l’opinion…

En attendant nous en sommes réduits à croiser les doigts pour ne pas subir le sort des Japonais, dramatiquement décrit dans le dernier webdocumentaire bouleversant de Alain de Halleux, « Récits de Fukushima » que j’ai découvert le week-end dernier au festival du livre de Mouans-Sartoux… et à harceler nos élus pour qu’ils prennent leurs responsabilités!

Images : Sites d’Enercoop et de Télérama.

Publicités

A propos Yann Louvel

Citoyen du monde
Cet article a été publié dans Nucléaire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s