Cumulisme : Didier Guillaume en phase terminale!

C’est a priori a jeun et non ivre (le journaliste n’en fait pas mention) que Didier Guillaume a prononcé cette phrase en réponse à une question sur le cumul des mandat parue dans Drôme Hebdo du 3 janvier dernier : « Je suis sénateur et président du Conseil général, ce sont les mêmes boulots »!!! Le signe indéniable que la maladie du cumulisme s’est aggravée et l’occasion rêvée pour lui souhaiter la bonne année!-)

Bonjour à vous,

Je viens vous souhaiter une belle et heureuse année 2013, avec surtout « la santé » comme on dit!

C’est votre dernière interview dans Drôme Hebdo de la semaine dernière qui m’a alerté et qui m’inquiète beaucoup pour votre état de santé mentale. J’ai bien tenté de vous encourager ces derniers mois à décrocher du cumulisme, cette maladie qui vous ronge depuis maintenant plus de 4 ans, tout ça pour vous entendre déclarer tout de go : « Je suis sénateur et président du Conseil général, ce sont les mêmes boulots »!!! Je constate donc l’ampleur du désastre et la progression fulgurante de la maladie depuis mon dernier encouragement il y a 3 mois. Je me dois de vous informer qu’une telle déclaration est un signe de votre entrée dans la phase terminale du cumulisme : la perte totale des repères!

J’ai donc décidé de reprendre mon bâton de pèlerin et de tenter de sauver ce qui peut encore l’être. Je vais donc tenter de reprendre certaines choses de base pour vous aider à sortir du gouffre.

Pour tenter de rester simple, sachez que le boulot de président du Conseil général est ce qu’on appelle un « mandat local », contrairement au boulot de sénateur qui, lui, est un « mandat national ». Quelle différence me direz-vous? Quelques unes. Par exemple, un sénateur vote les lois de la République, pas un président de Conseil général (PCG pour aller plus vite). Un PCG donc vote le budget d’un département contrairement au sénateur qui lui vote le budget de l’Etat. Vous me suivez jusque là? De même, le sénateur contrôle l’action du gouvernement, par exemple en lui posant des questions écrites et orales, ce qui n’est pas le cas du PCG. Un sénateur peut encore initier et participer à une commission d’enquête parlementaire, comme celle récente sur l’évasion des capitaux et des actifs hors de France et ses incidences fiscales, ce qui n’est pas possible pour un PCG. En revanche, le président d’un Conseil général prépare et exécute les délibérations du Conseil et il dirige l’administration du département, ce qui n’est pas le cas du sénateur. Vous me suivez toujours?

J’espère que ces petits rappels de base auront renforcé votre système immunitaire pour lutter contre la maladie. Vous étiez d’ailleurs vous-même bien parti dans cette interview à Drôme Hebdo en reprenant certains de ces éléments pour décrire votre fonction de sénateur, précisant même ultérieurement la fonction de premier vice-président du Sénat que vous occupez depuis le 5 octobre 2011. Une sacré charge de travail d’ailleurs, toutes ces réunions du bureau du Sénat, de la conférence des présidents, vos tâches de vice-président en charge notamment de la communication du Sénat et de la chaîne Public Sénat, tout en étant le bras droit du Président du Sénat. « C’est beaucoup de rencontres et de représentations » dîtes-vous. Tout cela en plus de vos tâches normales de sénateur décrites ci-dessus… et de la direction des affaires d’un département de près de 500 000 habitants et de plus de 600 millions d’euros de budget!

Je devine donc que c’est votre surcharge de travail depuis un peu plus d’un an qui est responsable de l’évolution tragique de la maladie. Je ne pourrai dès lors que vous conseiller à nouveau, comme le propose le site Cumul Info Service, de consulter vos proches et de parler de votre addiction à votre entourage. Comme à ces quatre assistants et deux administrateurs parlementaires, que vous reconnaîtrez peut-être, qui ont livré un témoignage poignant des ravages du cumulisme dans Libération en novembre dernier, « déçus par l’indisponibilité des parlementaires cumulards, leur captation des postes et la faible qualité du travail législatif et de contrôle qui en résulte ». Leur description de « la semaine bâclée du cumulard » et de « la république des boss » est saisissante et à vous lire, vous semblez en être notre incarnation locale la plus parfaite!

Mais vous avez sous la main un témoignage encore plus proche : appelez votre ancien alter ego ardéchois Pascal Terrasse, qui a décidé d’abandonner précisément son poste de Président du Conseil général de l’Ardèche le 3 décembre dernier à minuit, pour se concentrer sur son mandat de député! Une expérience unique juste à côté de chez nous! Prenez de ses nouvelles, demandez lui comment se passe sa nouvelle vie pleinement consacrée à son mandat de parlementaire depuis deux mois, et la joie et la satisfaction personnelle qu’il doit en tirer!

Par ces conseils, j’essaie de vous protéger de l’inéluctable déconvenue qui vous attend, et du choc psychologique que représentera l’application de la future loi sur le cumul des mandats, promise par François Hollande et dont Jean-Marc Ayrault vient d’annoncer la publication des dispositions au cours de ce premier trimestre 2013. Vous avez encore le choix de renoncer et de décrocher de votre plein gré, et non sous la contrainte, profitez-en et partez la tête haute et le sentiment du devoir accompli comme Pascal Terrasse plutôt que par la petite porte des cumulards invétérés qui attend nombre de vos collègues…

En vous souhaitant le meilleur pour cette année et une sortie digne du cumulisme, je ne manquerai pas de prendre de vos nouvelles à l’annonce de ces dispositions.

Inéluctablement,

Yann Louvel

Publicités

A propos Yann Louvel

Citoyen du monde
Cet article a été publié dans Cumulisme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s