La bataille mondiale du gaz de schiste : grande émotion pour le passage de Josh Fox en Ardèche mais premières répressions à l’étranger

La bataille mondiale du gaz de schiste est une de celles que je mentionnais vendredi, et elle nous concerne directement puisqu’elle risque d’avoir un impact direct sur nos conditions de vie dans la vallée bien avant les pires impacts à venir des changements climatiques déjà à l’œuvre, en attendant les radiations…

Grande émotion vendredi soir pour le passage de Josh Fox, le réalisateur américain du film Gasland, à Villeneuve de Berg en Ardèche, pour la rencontre entre l’auteur de l’outil de mobilisation le plus utile à cette lutte à travers le monde, accueilli en star américaine, et la population à l’origine de la plus grande mobilisation d’opposition locale au gaz de schiste à ce jour, avec la manifestation du 26 février 2011 qui avait rassemblé plus de 15 000 personnes!

SONY DSCPhoto de Patricia Gayte

Très beau témoignage de Josh Fox, puisqu’il a profondément remercié et exprimé son infinie reconnaissance aux Ardéchois pour leur mobilisation unique qui est arrivée à point nommé pour remonter le moral des Américains qui n’y croyaient plus et désespéraient de la situation en 2011. Ils on été de nouveau inspirés avec la première victoire de l’adoption de la loi d’interdiction de la fracturation hydraulique en France en juillet 2011 et se sont mis à manifester eux aussi pour se faire entendre.

C’est aussi ça la mondialisation : celle des luttes qui fait d’un documentaire américain un très bon outil de sensibilisation partout dans le monde y compris ici en France, et d’une mobilisation exceptionnelle en Ardèche et une première victoire en France une source d’inspiration à travers le monde, et un problème global pour les multinationales de l’énergie! Je n’ai jamais autant ressenti cette connexion entre communautés locales qui luttent toutes contre la même chose et se soutiennent par là même dans leur lutte dans un rapport presque de dépendance réciproque, chaque victoire locale renforçant le mouvement mondial et chaque défaite locale fragilisant et accroissant les risques sur les autres communautés ailleurs dans le monde.

Il a aussi évoqué la suite, le sujet de Gasland 2, qui devrait sortir bientôt sur nos écrans : le fait que « les gaz de schiste et la démocratie sont incompatibles ». Ça ne vous rappelle rien?-) Pour Josh Fox, les multinationales de l’énergie polluent la démocratie comme le gaz de schiste pollue l’eau, mais si cette eau est irrémédiablement contaminée, la démocratie peut revenir! Et la suite de la suite, c’est la visite qu’a faite Josh Fox avant la soirée aux vignerons du coin pour documenter l’influence des changements climatiques sur cette activité pour un prochain film. Le vin qu’il a bien goûté et dont il a rappelé toute l’humanité, la culture, la civilisation… toutes les bonnes raisons de s’opposer au gaz de schiste!

C’était l’ambiance des grands soirs dans une salle chauffée à blanc quand il a harangué la foule en lançant : « Vous êtes le gouvernement, vous êtes celles et ceux qui font la loi! » et en ajoutant que « D’ici, vous avez déjà changé le monde! » Il a pris une photo de la salle en disant qu’il allait l’envoyer à Barack Obama et François Hollande en leur disant : « Eh regardez, on est Ardèche ici, pas à gasland! ».

SONY DSCPhoto de Patricia Gayte

Il a aussi confirmé que le mouvement va bien plus loin que la simple opposition au gaz de schiste, mais vise vraiment la transition énergétique, et démocratique : « nous construisons le futur et sommes en charge d’écrire le prochain chapitre de l’histoire, de la démocratie ». Un grand moment!

Il est même reparti avec un tee-shirt « Frack you! » de notre collectif Non au gaz de schiste Val de Drôme que j’ai pu lui offrir avant de repartir! (voir aussi d’autres photos, vidéos et articles sur cette page du collectif 07, notamment le reportage de France 3 et l’article du Dauphiné Libéré).

Frack you!

De l’émotion et de l’énergie, il va en falloir ici pour les prochaines échéances, mais c’est aussi et surtout ce qu’on peut  justement souhaiter en solidarité aux communautés locales qui s’opposent au gaz de schiste et ont subi les premières répressions ces dernières semaines et ces derniers mois à travers le monde. Car  comme le montrent les vidéos ci-dessous, la « bataille » mondiale est à prendre au sens propre comme au figuré.

D’abord en Argentine où la population se mobilise depuis deux ans à travers le pays, et où 15 gouvernements locaux ont interdit la fracturation hydraulique dans 5 provinces. C’est en Patagonie que la lutte continue ces dernières semaines, où la population s’est mobilisée avec une manifestation de 5000 personnes à Neuquen il y a 10 jours, qui a tourné à l’affrontement. Les manifestants s’opposent à la ratification par leur Parlement provincial d’un acccord entre le gouvernement argentin et la multinationale américaine de l’énergie Chevron ouvrant la voie à l’exploitation de gaz et huile de schiste. En plus de cette répression, des maisons de la communauté mapuche, où doit se faire l’exploitation,  ont été brûlées les jours suivants, vraisemblablement par des proches du gouvernement provincial. L’exemple type dont parle Josh Fox puisqu’à aucun moment la société civile n’a été consultée, pas même les communautés mapuche sur les terres desquelles l’exploitation est prévue. On voit sur la vidéo ci-dessous la police argentine tirer sur les manifestants. La répression policière a fait plus de 25 blessés dont un par une balle de plomb dans la poitrine, et plusieurs manifestants ont été arrêtés et judiciarisés.

Ensuite en Angletterre où la bataille fait rage depuis le début de l’été, et où la lutte se répand dans tout le pays et en Ecosse. Il s’agit cette fois de la multinationale anglaise Cuadrilla Resources qui a commencé à procéder à l’exploration de pétrole de schiste après que le gouvernement anglais ait décidé de se lancer dans les hydrocarbures non conventionnels au début de l’été. Avec une première victoire puisque l’entreprise devra suspendre ses activités d’ici la fin du mois, et ne pourra pas les reprendre avant l’année prochaine! On voit sur la vidéo ci-dessous des manifestants plaqués au sol par la police anglaise à Balcombe cet été. 400 policiers venus défendre les intérêts de Cuadrilla et non des citoyens faisaient face à 1000 à 2000 manifestants venus signifier leur opposition à ce forage le 19 août dernier. Des dizaines de personnes ont été arrêtées cet été, dont la seule députée verte anglaise, Caroline Lucas.

Ou encore au Canada, où ce sont les communautés autochtones ou peuples premiers qui se font arrêter en chantant par la police montée canadienne, en juin dernier au Nouveau Brunswick. Là ce sont les camions sismiques de la multinationale de l’énergie canadienne SWN Resources Canada que les manifestants essayaient de bloquer. 12 personnes ont été arrêtés cette fois après une semaine de manifestations et de blocages de routes dans le comté de Kent. Actions qui ont continué cet été avec au total une trentaine d’arrestations dont celle d’un journaliste.

Plus tôt cette année en février, ce sont enfin des Australiens du mouvement « Lock the Gate » qui étaient arrêtés par la police, dans l’Etat de la Nouvelle Galles du Sud, au nord de Sydney.  Ce mouvement combat notamment le « gaz de couche », un autre gaz non-conventionnel que le gaz de schiste. Les 18 personnes arrêtées bloquaient l’accès à un site d’exploitation de la compagnie Metgasco, pour empêcher l’arrivée d’une foreuse le jour même. La foreuse a fini par arriver mais il aura fallu pour cela 80 policiers pendant 9 heures pour lever le blocage. Une autre manifestante a aussi été arrêtée en avril après d’être enchaînée à un camion dans l’Etat du Queensland sur un site de construction d’un gazoduc de la compagnie Queensland Gas Company, un peu plus au nord. Pas très loin d’une autre mobilisation que l’on peut voir dans la deuxième vidéo, où une manifestante réussit même à grimper au sommet d’une foreuse!

Pour finir par la France, ça a castagné à Nîmes le 30 août lors de la dernière mobilisation sur le territoire, avec 1000 manifestants venus mettre la pression sur le préfet et la société Mouvoil, comme on peut le voir sur ces images :

On sait donc ce qui nous attend si d’aventure le gouvernement français revenait sur sa position. La mobilisation mondiale ne fait que commencer. Gaz de schiste, ni ici, ni ailleurs, ni aujourd’hui, ni demain!

Publicités

A propos Yann Louvel

Citoyen du monde
Cet article a été publié dans Gaz de schiste. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s