Interpellez vos candidat(e)s aux municipales sur les gaz de schiste

Ça y est, la campagne officielle des municipales a commencé aujourd’hui avec l’apparition des premières affiches sur les panneaux électoraux.  Il vous reste moins de deux semaines pour interpeller vos candidat(e)s ou plutôt listes de candidat(e)s aux municipales sur tous les sujets qui vous intéressent, par exemple sur les gaz de schiste!

Dont l’actualité reste toujours aussi riche, même en absence de remise en cause de l’interdiction de la fracturation hydraulique en France! A mon grand regret je dois bien l’avouer, ce sujet étant une perte de temps absolument colossale qui repousse toujours plus loin dans le discours, dans les pensées et dans les actes les solutions pérennes et définitives que sont la sobriété, les économies d’énergie et les énergies renouvelables, qui semblent moins intéresser les poids lourds du gouvernement que les gaz de schiste…

Mais bon le sujet donne quand même l’occasion de franches rigolades comme récemment avec le patron d’ExxonMobil qui s’est opposé à l’installation d’un château d’eau proche de son ranch du Texas, servant à alimenter les puits d’extraction de gaz de schiste aux alentours!!! C’est tellement énorme qu’on a du mal à le croire! On peut pourtant lire dans le magazine Reflex d’ExxonMobil que le gaz non conventionnel, c’est la « source énergétique de l’avenir« ! Quel obscurantisme mal placé!-)

Ce qui lui a valu le titre de « Asshole of the Day »!-)

3040121086Et un soutien de notre ami Josh Fox!-D

Josh Fox soutien le patron d'exxonLa perte de temps de la recherche de technique « propre » d’Arnaud Montebourg et consorts oblige à rappeler pour la nième fois depuis 3 ans (et oui, 3 ans déjà!)   que même si par miracle nos ingénieurs inventaient demain matin une technique « propre » et très peu consommatrice en eau (un miracle j’ai bien dit!), celle-ci :

  • devrait forcément « fracturer » ou « exploser » la roche mère pour aller y chercher les bulles de gaz et devrait donc comme toutes les autres faire remonter à la surface tout ce qu’il y a autour et qui n’est pas forcément beau à voir, même sans injecter de la surface des produits chimiques polluants à la base donc.
  • n’aurait pas forcément de gain économique immédiat sur le prix du gaz, la compétitivité ou l’emploi, comme l’indiquent de plus en plus d’études économiques récentes comme celle de l’IDDRI, qui font tomber du même coup le principal argument économique de la chose.
  • mettrait immédiatement en péril par contre et certainement cette fois ci des secteurs économiques entiers bien établis actuellement. Vous demanderez cet été aux néerlandais et aux autres touristes dans la vallée s’ils continueront à venir en masse comme ils le font aujourd’hui si la vallée était recouverte de puits de forage, même s’ils n’étaient pas polluants. Ça me fait penser aux Australiens qui sont en train de mettre une économie de plus de 6 milliards de dollars de revenus issus du tourisme avec la Grande Barrière de corail, inscrite au Patrimoine mondial de l’humanité et l’une des sept merveilles naturelles du monde, pour une poignée de dollars et quelques projets miniers de charbon et de gaz… tragique!
  • même chose avec les quantités de camions astronomiques qui égaieraient notre campagne et notre qualité de vie au quotidien, partout, tout le temps.
  • repousserait toujours plus loin comme indiqué plus haut notre sevrage de toutes les énergies fossiles, indispensable à court terme pour avoir une chance de ne pas basculer dans l’inconnu climatique au-delà des 2°C… et notre meilleure indépendance énergétique dont on ne parle jamais!

Bref, une perte de temps monumentale…. mais on sait depuis le nucléaire, en cette veille de troisième anniversaire de Fukushima, que ce n’est pas forcément la logique économique qui guide nos politiques mais l’idéologie aveugle comme la prouve la récente décision du gouvernement anglais d’acheter 2 EPR hors de prix dont le coût de production de l’électricité est d’ores et déjà plus élevé que celui de l’éolion terrestre, aujourd’hui, pas dans 30 ans! Contre toutes les évidences, le gouvernement anglais fait la même chose aujourd’hui sur le gaz de schiste en abaissant un maximum la fiscalité des entreprises pour amadouer les compagnies gazières, et en augmentant au maximum les retombées économiques locales pour amadouer les collectivités locales à qui il avait auparavant coupé les budgets dans le cadre de sa politique d’austérité! Et tout cela malgré les mêmes études qui prouvent que le jeu n’en vaut pas la chandelle.

Heureusement le seul point positif de la luttre contre les gaz de schiste réside dans le fait qu’elle a contribué et contribue quand même beaucoup à la prise de conscience générale de la finitude des ressources et de la nécessité d’un nouveau modèle, c’est déjà ça!

Et pour que cette prise de conscience infuse chez les élus locaux, vous pouvez donc les interpeller lors de cette campagne des municipales en utilisant l’excellent travail réalisé par la Région Rhône-Alpes sur « les outils juridiques à la portée des élus de terrain pour s’opposer à l’exploration des gaz de schiste par fracturation hydraulique ». J’ai participé à la restitution publique de ces travaux à Valence en janvier, très beau travail, de l’argent public bien dépensé!

On y apprend comme indiqué dans cet article de la Tribune républicaine qui relate l’autre restitution ayant eu lieu à Nantua que :

Le pouvoir des maires
Entre autres stratégies, l’avocat développa la situation très particulière du maire : il est compétent dans la police administrative générale, il a un pouvoir en matière de circulation et il peut multiplier les arrêtés pour freiner les ingérences des entreprises, il a un pouvoir d’urbanisme pour préserver les routes, les enjeux économiques et touristiques ; mais l’instruction du permis se fait à Paris. Elle relève de la compétence du ministère des Mines et du ministère de l’Industrie.
Le président du Conseil général, Rachel Mazuir, appuya de même cette énumération en soulignant que si la plupart des organismes techniquement sollicités restent trop souvent consultatifs (à l’instar du préfet de l’Ain), les maires ont plus de pouvoir effectif pour se faire entendre et infléchir les décisions.

Vous pouvez donc interpeller vos candidat(e)s aux municipales pour vous assurer de leur volonté politique à user de leurs pouvoirs le moment venu si ce moment arrive un jour, en leur posant la ou les deux questions suivantes :

« Vous engagez-vous à assurer l’application de la loi du 13 juillet 2011 sur l’interdiction de la fracturation hydraulique et de la circulaire du 21 septembre 2012 afin de garantir que les objectifs poursuivis par les industriels ne concernent aucunement la roche-mère ? »
*Vous engagez-vous à utiliser tous les moyens légaux à votre disposition, au titre desquelles vos compétence d’urbanisme, pour empêcher le développement de projets d’exploration ou d’exploitation d’énergie fossile non-conventionnelle sur le territoire communal ? »

Vous pouvez d’ores et déjà lire les deux réponses des deux listes « L’Alternative pour Crest » et « Le Mistral Crestois » qui se présentent aux municipales à Crest et qui ont répondu à 20 questions dont une portait précisément sur les gaz de schiste.

Bref, c’est simple : demandez à ce que vos futurs maires fassent comme Jean-François Copé!-D

La mairie de Meaux contre les gaz de schiste

Publicités

A propos Yann Louvel

Citoyen du monde
Cet article a été publié dans Gaz de schiste. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s