Banking on Coal 2014 : le palmarès des banques climaticides

Un an après « Banking on Coal« , nous venons de publier « Banking on Coal 2014 » avec le réseau BankTrack, pour lequel je travaille, qui révèle le palmarès des 20 banques les plus climaticides au monde.

Banking on Coal cover

Les plus climaticides car finançant le plus le secteur du charbon, la source d’énergie la plus carbonée! Nous sommes en effet allés fouiller les bases de données financières internationales pour en extirper toutes les transactions financières entre 92 banques et 93 entreprises du secteur du charbon, à la fois mines et centrales à charbon, d’où nous tirons notre classement des banques les plus « c(h)arbonnées ». Et les chiffres obtenus sont impressionnants: plus de 2000 transactions financières pour un montant total de 373 milliards d’euros entre 2005 et avril 2014! Dont 73% proviennent des 20 seules banques suivantes:

Top 20 Coal BanksCe qui frappe aussi cette année, c’est la confirmation de la tendance des années précédentes : une augmentation continue des financements des banques vers ce secteur du charbon, comme on peut le voir sur le graphique ci-dessous! Avec une année record en 2013 à 66 milliards d’euros, plus de 4 fois le montant financé en 2005! Tout cela pendant que les scientifiques du GIEC confirment une fois de plus les impacts présents et à venir des changements climatiques et l’urgence d’agir et de diminuer les investissements dans les énergies fossiles… et pendant que les banques elles-mêmes communiquent de plus en plus sur le développement durable et leur engagement à « lutter contre les changements climatiques »! Qui avait valu par exemple l’an dernier à BNP Paribas une nomination aux prix Pinocchio.

Une bonne partie de cette augmentation provient des banques chinoises, dont les investissements dans le charbon ont littéralement explosé ces dernières années, comme la consommation de charbon du pays depuis 20 ans! Et le récent accord entre les Etats-Unis et la Chine ne suffira pas à nous faire prendre la bonne trajectoire de descente des émissions mondiales assez tôt pour limiter le réchauffement à 2°C.

Growth curveLa grande nouveauté de cette année de notre côté vient de la publication simultanée d’un nouveau site Internet, « Coal Banks« , qui révèle le classement complet des 92 banques analysées dans notre étude, et qui révèle surtout leurs liens financiers directs avec les 93 entreprises du secteur du charbon également couvertes! Vous pouvez ainsi découvrir la brochette de banques internationales qui financent GDF Suez, la seule entreprise française dans notre étude (eh oui, GDF ne fait pas que du gaz!). Nous en avons aussi profité pour y faire figurer les projets controversés dans ce secteur que nous suivons à travers le monde, dont le désormais célèbre projet Alpha Coal en Australie, dont je reparlerai. Et enfin les 9 principales régions productrices de charbon dans le monde, les « hotspots », que nous avions analysées en détail l’an dernier pour le premier rapport « Banking on Coal« .

Screenshot

Comme l’an dernier, l’étude a été relayée en France par les Amis de la Terre, qui en ont profité pour en adapter une belle synthèse intitulée « Charbon : l ‘argent sale des banques françaises« . On retrouve en effet BNP Paribas et le Crédit Agricole dans le top 20 des banques les plus climaticides au monde, la Société Générale étant juste derrière. A elles trois, elles concentrent 94% de l’implication financière des banques françaises dans l’industrie charbonnière depuis 2005 qui s’élève à 30 milliards d’euros, faisant des banques françaises les 4ème les plus impliquées au monde, derrière la Chine, les Etats-Unis et le Royaume-Uni!

On comprend là tout le sens des beaux slogans de ces banques qui s’engagent à « lutter contre le changement climatique » pour BNP Paribas, à « accompagner la transition énergétique » pour le Crédit Agricole, ou encore à « réduire son empreinte environnementale » pour la Société Générale! Vous avez dit greenwashing?

 Pour en savoir plus, vous pouvez consulter les articles de presse sur le sujet, à l’international ou en français, comme ceux des Echos, de l’Humanité, de Novethic ou du Journal de l’Environnement.

Que faire face à cela?

C’est là que l’autre publication des Amis de la Terre se révèle bien utile, puisqu’ils viennent de publier un nouveau guide éco-citoyen : « Climat : comment choisir ma banque?« . Qui explique par A + B pourquoi et comment quitter les banques climaticides BNP Paribas, Crédit Agricole et Société Générale (pour les pires), pour des alternatives comme la Nef! Un moyen très concret et original de lutter contre les changements climatiques et de réduire son empreinte carbone sans attendre que les gouvernements parviennent à un véritable accord sur le sujet qu’on attend maintenant depuis quelques décennies… en attendant une fois de plus la COP21 l’an prochain à Paris!

Pour finir, vous pouvez enfin signer la pétition également lancée à l’occasion de la parution de ces publications, et aussi et surtout VOTER comme chaque année aux prix Pinocchio du développement durable : le Crédit Agricole est nominé cette année dans la catégorie « Une pour tous, tout pour moi! » pour son implication dans le financement de la technique barbare du Mountaintop Removal aux Etats-Unis qui fait exploser le sommet des montagnes des Appalaches pour en extraire le charbon. Un peu comme si on faisait péter les 3 becs pour aller y chercher du charbon dessous quoi! Dépêchez-vous, il ne reste plus que quelques jours…

Publicités

A propos Yann Louvel

Citoyen du monde
Cet article a été publié dans Banques, Finance, Les Amis de la Terre, Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s