Les rencontres Ad Hoc du doc hors circuit, c’est maintenant!

Gros coup de cœur pour les rencontres Ad Hoc, festival du documentaire hors circuit qui se déroule en ce moment même dans la vallée, à Mirabel et Blacon. J’avais raté la première édition l’an dernier, à mon grand regret, mais pas cette fois donc!

Je ne peux pas comparer du coup mais en tout cas cette année, le site du festival, autour de la salle polyvalente et du stade de foot de Blacon, est vraiment super à tous points de vue, et le beau temps ne gâche rien à la fête. Beaux espaces pour les enfants avec un très beau tipi, super espace de projection en plein air pour le soir, entre les grands arbres à la belle étoile, le tout avec la scène pour les concerts et les repas surélevée pour pouvoir profiter à fond des couchers de soleil!

Niveau programmation je n’ai pu voir que les documentaires de jeudi soir et de vendredi après-midi, mais c’est déjà très bien. Plongée et témoignage de bergers dans les hauts alpages qui se sont filmés eux-mêmes, avec des scènes palpitantes face à l’apparition du loup dans « Famouras », autres scènes incroyables et improbables en Inde pour l’organisation de repas hauts en couleurs pour des milliers de personnes dans « Himself he cooks », et enfin « Wesh Gros! », un ovni sur la vie d’ados dans le Nord de la France, c’est effectivement le genre de docs qu’on ne voit nul part ailleurs!

Un grand bravo au collectif Ad Hoc et à l’association Kamea Meah qui portent cet événement, et longue vie au festival! Il reste encore deux jours pour en profitez alors courrez-y si ce n’est pas déjà fait!

logo-livret-adhoc

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Climat : le choix de la désobéissance civile

Nous n’avions pas encore eu droit à notre canicule cette année, voilà qui est fait! Un événement climatique extrême favorisé par les changements climatiques qui correspond aux dernières évolutions observées, avec une année record en 2015 et un autre bien triste record à la mi-2016. Et qui n’est malheureusement qu’un exemple parmi tant d’autres vu les catastrophes climatiques qui s’enchaînent désormais quasiment en permanence aux quatre coins du monde.

Climat le monde

Les impacts locaux sur l’agriculture et la viticulture dans notre vallée de la Drôme devraient donc continuer de se faire sentir dans les années à venir, avec probablement de grandes sécheresses comme en 2011, ce qui ne fut heureusement pas le cas cette année.

Et l’Accord de Paris alors, signé en grandes pompes en décembre dernier? Comme on pouvait malheureusement s’y attendre, il n’a pas changé grand chose à ce jour dans la conduite des politiques énergétiques des grands pays de ce monde. On ne boudera tout de même pas notre plaisir de voir le pic de charbon confirmé en Chine, premier consommateur au monde du plus climaticide combustible fossile! Vu le poids de la Chine, qui représente la moitié du secteur, ce changement pourrait constituer un tournant, comme le détaillait cet article du Guardian le mois dernier  dont je traduis un extrait :

« “Je pense que c’est un tournant,” a déclaré Lord Nicholas Stern, un éminent économiste du climat à la London School of Economics, qui a rédigé l’étude avec des collègues de l’université de Tsinghua à Pékin. « Je pense que les historiens considèreront vraiment le pic charbon de 2014 comme un événement très important dans l’histoire du climat et de l’économie du monde ».

L’analyse de l’équipe, publiée dans Nature Geoscience journal, conclut que le pic charbon en Chine « pourrait bien être une importante étape dans l’Anthropocène et un tournant dans les efforts internationaux pour réduire les émissions des gaz à effet de serre qui altèrent le climat ».

On aimerait être aussi optimiste mais pour ce faire, il y a encore du boulot! Car les projets de nouvelles centrales à charbon en Asie continuent toujours à se compter en centaines, comme celui de TJB2 en Indonésie que pourraient soutenir le Crédit Agricole et la Société Générale prochainement, même si un certain nombre d’autres projets ont été remis en cause dans plusieurs pays ces derniers mois. Sans parler de nombreux autres grands projets fossiles inutiles imposés, très symboliques, qui n’ont pas été remis en cause eux malgré leur incompatibilité avec l’Accord de Paris, au premier rang desquels on peut citer bien sûr l’aéroport Notre-Dame-des-Landes en France!

Quoiqu’il en soit, le rythme des actions prises pour limiter les changements climatiques à 2°C et encore plus pour le 1,5°C reste totalement insuffisant, et c’est ce qui a conduit la société civile internationale ces dernières années à adopter et à revendiquer la désobéissance civile comme mode d’action.

Il y avait déjà eu le premier mois international d’actions contre les énergies sales en 2013, et de nombreuses journées d’actions internationales sur le climat depuis. Cette fois, cinq mois après la signature de l’Accord de Paris, ce sont deux semaines entières d’actions ciblées et coordonnées qui ont eu lieu au printemps dernier, intitulées « Break Free » pour « se libérer » des énergies fossiles, qui ont réuni 30 000 participants dans 20 actions sur les 6 continents. Et la différence cette fois, c’est que la désobéissance civile était clairement revendiquée et appliquée pour bloquer symboliquement les infrastructures des énergies fossiles à travers le monde : mines et centrales à charbon en Allemagne, terminal pétrolier au Canada, site de stockage de déchets charbonniers en Turquie ou encore terminal charbonnier en Indonésie.

Les vidéos ci-dessous à travers le monde, auxquelles j’ajoute celles du sommet du pétrole offshore  à Pau quelques semaines plus tôt, parleront plus que de longs discours, et témoignent de l’évolution du mouvement international pour la justice climatique. De son succès dépendra beaucoup de choses dans les prochaines décennies, y compris pour nous dans notre petit coin de Drôme… Bonne rentrée à tous et à toutes!

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Du plomb dans l’eau à Crest, six mois plus tard : le bêtisier!

Un grand bravo au collectif des Bouffons Anonymes pour leur magnifique clip « A Crest, ça pète les plombs« , qui a réussi à traiter le sujet de façon pour le moins originale!-)

L’occasion de faire un petit bilan, 6 mois après la création de l’autre collectif, « Du plomb dans l’eau de Crest« . Un bilan ou plutôt… un bêtisier! Car qui pouvait s’attendre à autant de péripéties et de surprises sur un dossier qui aurait dû être réglé en trois coups de cuillères à pot? Petite revue de détail.

  • Tout avait pourtant bien commencé dans le calme et la bonne humeur avec la tentative avortée d’Hervé Mariton d’empêcher l’enregistrement du premier conseil municipal où fut abordée cette question (enfin l’an dernier car il y en eu bien d’autres avant en 2003, 2013…). On est défenseur des libertés ou on ne l’est pas!-)
  • A posteriori et vu les changements de pied de la mairie de Crest à ce sujet, on peut comprendre pourquoi il aurait préféré que cette séance ne soit pas immortalisée, comme beaucoup d’autres! Mais dans quelle autre ville de France les citoyennes auraient-elles eu la chance d’apprendre l’origine du mot « plombier » et les bienfaits du plomb pour notre industrie nucléaire? Only in Crest!-) D’ailleurs comme le proposent les bouffons anonymes, on devrait laisser les vieux tuyaux en plomb pour protéger la population plutôt que de lui distribuer des pastilles d’iode, ça ferait faire des économies!-)
  • Qui aurait pu ensuite imaginer un seul instant il y a six mois que le terrorisme international viendrait au secours de la mairie pour justifier son refus de publier la carte des près de 1000 branchements en plomb restants dans la ville? En prétextant la loi d’Etat d’urgence, fallait y penser à celle-là!-) On s’inquiétait à la base surtout des vieux tuyaux dans le vieux centre historique de la ville, mais les résultats de la très utile carte du collectif nous apprennent qu’on trouve des concentrations de plomb dans l’eau élevées et bien supérieures à la norme de 10ug/L un peu partout dans la ville. Mais six mois plus tard, la mairie refuse toujours d’indiquer ne serait-ce que les quartiers concernés, pour ne pas affoler la population!-D A vous donc de deviner où se cachent les 1000 branchements, toujours dans le calme et la bonne humeur!-)
  • Des petites cachotteries qui peuvent se comprendre quand on entend les histoires incroyables des erreurs de plan de la mairie dans ses communications avec ses administrés sur le sujet. Assurer que « tout va bien , madame la marquise », alors que l’alimentation en eau se fait par une autre rue et qu’elle est bien en plomb, il fallait le faire! Il faudrait organiser un jeu concours et voter pour l’histoire la plus à dormir debout, c’est d’actualité!-)
  • Qui aurait pu s’attendre également il y a six mois à ce grand retournement : Hervé Mariton a assuré pendant des mois que seule la mesure du deuxième jet au robinet était importante, après avoir « tirer la chasse d’eau en se réveillant le matin », comme chacun sait désormais. Et un matin de février, soudainement, sans prévenir, il s’est réveillé et s’est dit que quand même, finalement, c’était le 1er jet qui faisait foi : une révolution doctrinale majeure, totale, complète et inconditionnelle. Il y eut donc la découverte de l’Amérique, la chute du mur de Berlin, et… le  jour de la reconnaissance du 1er jet à Crest! Un petit pas pour l’Homo plombicus, mais un pas de géant pour l’Homo maritonus : la mairie de Crest est donc prête à respecter la loi, même quand il s’agit d’une norme européenne « stupide« !-)
  • Il faudrait vraiment faire un montage audio des derniers conseils municipaux qui ont porté sur le sujet et contiennent de vrais perles. On retiendra le désormais célèbre « Madame, sortez!« , mais aussi et surtout le « On ne peut pas faire le bonheur des gens malgré eux »! Il s’agissait d’expliquer pourquoi la mairie changerait les branchements en plomb des habitants qui répondent à son courrier, mais pas ceux de leurs voisines de la même rue qui n’y répondent pas mais ont pourtant les mêmes branchements problématiques… Heureusement, depuis on a appris que celle-ci analyse les réponses puis les résultats d’analyse obtenus et quand plusieurs branchements dans une rue doivent être changés s’ils dépassent la norme, c’est toute la rue qui est mise à jour, avec par ordre de priorisation les dépassements les plus importants, et à condition donc que les demandes d’analyse aient été faites pas trop éloignées dans le temps… Mais c’est pourtant simple on vous dit!-) Et il n’y a pas de quoi s’affoler puisque tous ces branchements ont « vocation, à terme » à être changés. Certains choume choume trop peu réactifs auront donc, eux, vocation à continuer de se faire empoisonner quelques années encore…
  • Qui aurait enfin pu prévoir l’augmentation du prix de l’eau à cause du remplacement des branchements en plomb par manque de subventions, venant de la part de monsieur subventions à la grosse réserve parlementaire? C’est donc le demi-maire Hervé Mariton qui subit en 2016 la fin des subventions des agences de l’eau pour le remplacement des branchements en plomb réclamée en 2010 par… le demi-député Hervé Mariton en personne! Un comble!
  • On finira par un gros mensonge, d’Hervé Mariton toujours qui assurait récemment lors de la consultation publique sur l’agenda 21 que la mairie de Crest avait contacté toutes les assistantes maternelles de la ville,  ce qui s’est révélé encore une fois totalement faux…

Un festival, donc, et une performance à couper le souffle! Qui n’est probablement pas finie…

Tout cela aurait pu rester simplement du registre comique s’il ne s’agissait pas d’un sujet de santé publique, si les résultats collectés par le collectif n’étaient pas aussi nombreux au-dessus de la norme et aussi élevés, et si le rythme annoncé du changement des branchements restants en plomb ne nous garantissait pas d’en avoir encore pendant de nombreuses années à Crest. Et donc la garantie de cas de plombémies! Combien? Le suspens reste entier!

Publié dans Non classé | 1 commentaire

Nucléaire : Soutenez le projet « Jusqu’ici tout va bien »

30 ans déjà depuis la catastrophe nucléaire de Tchernobyl! Sombre anniversaire avec son cortège de chiffres démentiels, les millions de victimes, les centaines de milliards de coûts, les décennies voire siècles qui seront nécessaires à « traiter » les dizaines de tonnes de magma radioactifs : la folie à l’état pur…

Quoi de plus rafraîchissant donc que le projet « Jusqu’ici tout va bien » qui nous propose de nous projeter en 2018 après l’explosion de la centrale… du Tricastin cette fois! En gros la simulation de Greenpeace de l’été 2013, mais en vrai!

Les-militants-de-Greenpreace-a-la-centraloe-de-Tricastin_scalewidth_630

Alors que le président de l’Autorité de sûreté nucléaire française ne peut plus nier qu' »un accident nucléaire majeur ne peut être exclu nulle part« , après Tchernobyl et Fukushima, et alors que les réacteurs français vont commencer à atteindre 40 ans, ce projet permettra, j’espère, d’imaginer les répercussions que pourraient avoir un tel accident non plus à l’autre bout de l’Europe ou du monde, mais tout près de chez nous!

J’avais écrit une tribune dans le Crestois en 2011 juste après l’accident de Marcoule, intitulée « Nucléaire : que se passerait-il dans la vallée en cas d’accident majeur?« . En la relisant, je constate deux évolutions depuis : la nouvelle version du Plan Particulier d’Intervention du Tricastin (PPI) est désormais publique et accessible en ligne sur cette page, et Ségolène Royal vient d’annoncer cet après-midi lors de la 4ème conférence environnementale l’extension des PPI de 10 à 20 kilomètres. Un petit pas pour l’Homme irradié, mais un bond de géant pour la nucléocratie française, nous voilà tirés d’affaire!-) Toujours insuffisant toutefois pour concerner la ville de Crest qui se situe à…. 25 kilomètres de la centrale de Cruas, la plus proche. Il ne nous reste plus qu’à attendre sagement la prochaine catastrophe nucléaire et la prochaine extension des PPI pour intégrer enfin un dispositif d’urgence juste après l’accident! Sauf si ça tombe sur nous, justement!

En relisant mon article sur l’action de Greenpeace en 2013 au Tricastin, c’est la mention du risque terroriste qui frappe. Effectivement, le moins qu’on puisse dire est que nous avons bien assisté au retour du terrorisme sur notre sol l’an dernier! Et les dernières informations en provenance de Belgique ou concernant les survols de drones des centrales ne sont pas pour nous rassurer. Quand on pense qu’une attaque bien ciblée d’un drone ou une simple roquette dans une piscine de combustibles pourrait faire de gros dégâts, on se demande comment on a pu être assez cons pour se parer d’une telle vulnérabilité, tous seuls comme des grands. Pour reprendre ma phrase de 2013 : « Nos centrales nucléaires [constituent désormais] des cibles de choix comme « armes pré-déployées« , et particulièrement celles du corridor rhodanien dont Tricastin dont l’atteinte en cas de vent (assez fréquent dans les parages) permettrait de toucher des millions de personnes et de semer le chaos dans une grande partie du pays et de l’Europe vu l’intensité des échanges énergétiques et commerciaux dans la vallée du Rhône ».

C’est là qu’on en revient au beau projet citoyen « Jusqu’ici tout va bien » qui prévoit un film, un livre et une expo pour nourrir le débat sur la question. En plus d’un site Internet dédié qui commence déjà à être alimenté! Ils font appel à un financement citoyen pour réaliser tout ça, alors à vous de jouer!-) Avant qu’il ne soit trop tard…

index

 

Publié dans Non classé, Nucléaire | Laisser un commentaire

Hervé Mariton et les arbres : une histoire d’amour

Impressionnante performance: après les riverains de la rue Léopold Bouvat, la révolte gronde dans la cité crestoise, au pied du pont Mistral cette fois. A quelques jours d’intervalle seulement et avec à chaque fois la même raison : l’abattage d’arbres! Quelques mois ou années après la même histoire rue Peysson et quai Bérangier de la Blache…

Pour la rue Léopold Bouvat, vous pouvez signer cette pétition en ligne qui me semble frappée au coin du bon sens. J’ai été faire un petit tour sur place et effectivement, une voie piétonne dans le prolongement de celle existante paraît plus adaptée. Et il suffirait de réserver la voie routière la plus proche du canal aux vélos pour compléter cette voie piétonne par une piste cyclable. Elle est déjà occupée par des voitures en stationnement alors que les deux parkings les plus proches sont presque vides…

En termes de symbole pourtant, difficile de faire mieux que la transformation de la place de la rue Peysson où la mairie de Crest a remplacé un beau tilleul majestueux au coeur des petites ruelles historiques par… une caméra de vidéosurveillance, tout cela à 30 mètres du poste de police municipale, épatant! Ce qui avait déjà provoqué à l’époque une levée de boucliers. Il faut croire qu’Hervé Mariton avait une revanche à prendre sur les polissons de la rue Peysson qui lui en font voir « de toutes les couleurs » depuis quelques décennies!-) La vengeance est un plat qui se mange froid, comme le dit le proverbe.

Quai Bérangier de la Blache, rue Peysson, rue Léopold Bouvat, berges de la Drôme, une question se pose tout de même devant l’accumulation : mais pourquoi est-il aussi méchant?-) La réponse en images avec les tribulations des babas cool de la rue Peysson et l’intervention d’Hervé Mariton, qui pourrait bien expliquer son aversion pour les arbres!-D Souvenez-vous…

 

 

Publié dans Hervé Mariton, Non classé | Laisser un commentaire

Petit tour d’horizon international des gaz de schiste, 5 ans après

La très belle mobilisation d’avant-hier à Barjac nous a donné l’occasion de revenir sur le dossier des gaz de schiste lors de la dernière émission « Soleil vert » des Amis de la Terre Drôme sur Radio Saint Ferréol. L’occasion de refaire un petit tour d’horizon international de l’évolution de ce dossier, en version écrite ci-dessous, pour voir si, comme on nous l’annonçait en 2011, nous serions les seuls êtres humains étranges sur cette planète à ne pas mourir d’envie de découvrir et d’exploiter une telle richesse là, juste sous nos pieds…

Royaume-Uni

La bataille fait rage depuis des années en Angleterre mais aussi ailleurs dans le Royaume comme en Ecosse. Le gouvernement conservateur de David Cameron est à fond pour le développement des GDS et a fait tout ce qui était en son pouvoir pour y inciter les collectivités locales. De nouveaux permis d’exploration ont encore été octroyés fin 2015. Face à la menace, la mobilisation ne faiblit pas avec nombre d’associations vent debout contre ces projets partout dans le pays, avec un résultat concret : il n’y a pas eu de fracturation hydraulique depuis 4 ans! Le cas en cours de Cuadrilla, devant les tribunaux, sera important pour la suite des événements mais la plus grande menace actuelle réside dans le faible prix du gaz, et celui encore plus faible des importations de GDS américaines qui pourraient bientôt débarquer…

Allemagne

La dernière nouvelle d’Allemagne sur les GDS réside dans une nouvelle loi qui autorise mais encadre strictement la fracturation hydraulique, issue de longs mois de négociations. On se demande bien ce que pourraient lui apporter les GDS dans le processus de transition énergétique lancé depuis longtemps outre-Rhin…

Espagne

70 permis ont été octroyés pour du pétrole conventionnel ou des GDS. La fracturation hydraulique a été interdite dans plusieurs régions du pays mais le gouvernement central de Madrid a jugé qu’il était de sa compétence de légiférer sur ce sujet, pour finalement autoriser l’exploration. Mais on reste loin de la ruée…

Pologne

En parlant de ruée, l' »exemple » à suivre qu’on nous présentait en 2011, c’était la Pologne, si heureuse de pouvoir se passer du gaz russe pour des décennies grâce aux GDS… Eh bien là bas la bulle a totalement explosé, les estimations de réserves de GDS ont fondu comme neige au soleil et le nombre de permis d’exploration est en nette diminution, avec au total 70 puits d’exploration forés. Mais surtout, les géants américains de l’énergie qui s’étaient rués dans le pays, les Chevron, Exxon et ConocoPhillips, ont plié bagages et sont sortis du pays! Comme en Roumanie qui a elle carrément interdit la fracturation hydraulique, comme la France!

Québec

Pas beaucoup d’évolution sur le sujet chez nos cousins québécois, qui avaient été à l’origine de la rapide prise de conscience sur ce sujet chez nous il y a cinq ans. Aucun moratoire n’a été adopté sur la fracturation hydraulique mais son exploitation à grande échelle est toujours gelée même avec un gouvernement libéral, par manque d’intérêt économique et opposition des populations locales.

Canada/Etats-Unis

Dans le reste du Canada et aux Etats-Unis, où l’exploitation bat son plein depuis des années, ce qui retient l’attention ce sont les moratoires qui y ont été adoptés eux: au Nouveau-Brunswick mais aussi au Vermont et même dans l’Etat de New York! La période est assez trouble en ce moment aux Etats-Unis avec d’un côté une production qui bat son plein et l’autorisation d’exportations, et de l’autre des champs gaziers entiers qui arrivent à bout de souffle et une baisse générale de la production prévue cette année, avec des pertes économiques monumentales pour certaines entreprises en faillite à cause des prix bas continus du pétrole.

Algérie

Intéressantes nouvelles en Algérie où on se souvient de la mobilisation incroyable des populations locales même au fin fond du sud du pays dans le Sahara! Malheureusement, le gouvernement algérien n’avait pas cédé aux protestations… mais il vient de céder lui aussi à la baisse des prix du pétrole en arrêtant nette l’exploration. Qui est censée reprendre si le prix du pétrole remonte à 80 dollars le baril…

Argentine

On se souvient pour l’Argentine de l’implication de Total dans un parc naturel! Qu’avait pu nous raconter les argentins qui avaient fait le déplacement en 2014 dans notre région. Malgré l’opposition des populations locales, c’est en Argentine que les GDS se développent le plus dans le monde en dehors d’Amérique du nord avec 300 puits forés à ce jour.

Chine

L’Argentine et la Chine enfin, qui suit son développement énergétique sur le modèle du ‘tout sauf le charbon’, incluant donc les GDS…

Loin d’être la ruée vers l’or internationale annoncée à laquelle seule la France aurait échappée, on constate donc 5 ans plus tard que la ruée est plus l’exception que la règle, que les réserves envisagées ont fondu comme neige au soleil dans de nombreux pays, que le mirage économique s’est révélé terrible également dans de nombreux endroits. Les raisons de ne pas toucher à ces réserves, elles, n’ont pas changé et sont valables plus que jamais, à commencer par la crise climatique. Gaz de schiste, ni ici, ni ailleurs, ni aujourd’hui, ni demain!

No-Fracking-Way-bike-bumper-sticker

 

 

Publié dans Gaz de schiste, Les Amis de la Terre, Non classé | Laisser un commentaire

Quelques vidéos de la COP21 pour finir 2015 en beauté!

Pour finir cette tragique année 2015 en beauté, voici quelques vidéos des mobilisations autour de la COP21 et au-delà qui auront marqué l’année.

Mon action préférée pendant la COP (mais je suis biaisé!-) restera l’invasion de l’agence BNP Paribas à Opéra par plus de 250 militants non violents d’ANV COP21 pour un concert surprise de HK sur le rythme de la chanson « Niquons la planète »!-) Un grand moment de mobilisation qui vaut bien des discours… A quand une tournée de HK et Les Saltimbanks dans les agences BNP de France et de Navarre?-)

Mais la principale journée de mobilisation de la COP21 était le 12 décembre, la journée de la signature de l’accord de Paris qui, malgré l’avancée du nouvel objectif de 1,5°C, ne se donne les moyens que pour atteindre 3°C de réchauffement, condamnant pas mal de communautés humaines à travers le monde! Le mot d’ordre des ONG d' »avoir le dernier mot » a donc été plus que jamais pertinent pour les 3 actions du jour que vous pouvez découvrir ci-dessous en vidéos diverses et inspirées!

Des mobilisations qui resteront aussi historiques de par leur contexte puisqu’elles ont été autorisées au dernier moment à cause de l’état d’urgence dont l’application pour cette COP21 a ridiculisé le gouvernement. Interdire la manifestation du 29 novembre mais laisser se dérouler le grand marché de Noël sur les Champs Elysées, il fallait le faire! Et que dire des 24 militants écologistes assignés à résidence comme de dangereux terroriste, honteux!

Pour en revenir aux vidéos, cette autre de 350.org fait aussi un bon résumé de l’accord de Paris et du « gap » entre les objectifs et les moyens mentionnés plus haut : l’accord de Paris ne sauvera pas la planète, mais nous pouvons le faire!  « Nous » c’est le mouvement pour la justice climatique, le vrai gagnant de l’année comme le dit justement Kumi Naido de Greenpeace dans Libération.

Et en parlant du loup, c’est Greenpeace qui fait un beau résumé de 2015 et des victoires comme celle du bassin de Galilée en Australie ou de Shell en Arctique. Il manque juste celle du pipeline Keystone aux Etats-Unis!

De quoi donner assez d’énergie pour poursuivre l’aventure, alors bonne année 2016 à toutes et à tous!

Publié dans Les Amis de la Terre | Laisser un commentaire